du syndrome de l'imposteur à la légitimité

Du syndrome de l’imposteur à la légitimité : s’auto-valider !

By | développement personnel | 2 Comments

Syndrome l’imposteur kezako??

Sujet fréquent dans le milieu du développement personnel, chez ceux qui souhaitent vivre de leur passion, qui souhaitent apporter au monde leur savoir faire et leur savoir être.

Le syndrome de l’imposteur, cette petite voix dans votre tête qui dit : mais qui es-tu, toi, pour oser faire ça ? Prétendre savoir faire ci, savoir être ça ? Et en plus te faire payer pour ça ?? Quelle indécence !!

Ce juge intérieur qui compare toujours avec un autre qui fait mieux, qui sabote nos élans de partager nos talents avec le monde dès lors que l’on envisage d’y mettre un prix, de se faire payer pour ce que l’on propose. Ce juge intérieur qui nous empêche d’aller sentir dans notre corps ce que celui-ci nous dit.

Sauter le pas

Étape cruciale pour moi aujourd’hui, et pour beaucoup d’entre vous je le sais.

Pour tout ceux qui en ont assez se sentir illégitimes, de se comparer, de s’auto-saboter, alors qu’au fond ils savent qu’ils ont de la valeur à apporter au monde.

J’ai l’expérience de la valeur du partage de mon évolution personnelle, et je sais que cet article en inspirera beaucoup.

Voilà une légitimité récemment stabilisée, grâce à ma formation auprès de Youmna Tarazi, auprès de qui j’apprends à découvrir qui je suis grâce à mes vêtements, et comment celui-ci est un outil incroyablement puissant de reconnexion à son corps et à soi.

J’ai découvert grâce à ce processus que le rayonnement physique de mon corps appartient à la saison de l’été, une lumière qui agit en inspirant les autres. Me nourrir, me soigner, me développer, nourrir la beauté et l’harmonie en moi et partager pour inspirer d’autres personnes à suivre ce chemin.

C’est drôle quand je repense au nom de mon tout premier site dont certain(e)s se souviennent peut-être : Passeuse de lumière…mon intuition m’avait déjà montré le chemin !

Mais pour ça il faut que je reconnaisse la valeur véritable de ce que j’ai à partager!

Ne plus attendre la validation extérieure

J’ai eu depuis toujours et jusqu’à aujourd’hui des retours très positifs des personnes que j’accompagnais, à qui j’offrais mes services, auprès de qui je partageais mes expériences diverses.

Alors qu’est-ce que j’attends ? Combien d’années encore à attendre et à accumuler ces validations extérieures avant de me décider à m’auto-valider une bonne fois pour toutes dans toutes mes compétences ??

Je n’ai pas une formation officielle de thérapeute, mais mes ateliers ont un effet thérapeutique évident et vérifié.

Je n’ai pas de formation en coaching mais mon accompagnement soutien réellement et efficacement de nombreuses personnes dans leurs transformations de vie.

Mes talents innés enrichis de mes nombreuses expériences de vie et de ma boulimie naturelle à l’apprentissage de tout ce qui fait grandir, évoluer, fait de moi aujourd’hui une accompagnante compétente et efficace, experte en reconnexion à soi par le corps en mouvement. Et j’ai un atout précieux : un mari thérapeute auprès de qui j’ai toujours pu débriefer après mes séances chaque fois que j’en avais besoin, pour soutenir mes doutes, mes remises en questions, et prendre le recul nécessaire pour faire le bilan de mon travail et évoluer. Finalement j’ai réalisé récemment que je suis en supervision permanente !

Le plus difficile a été d’assumer totalement de fonctionner dans l’instant avec mon intuition, à l’écoute du vivant et non pas avec des choses toutes préparées d’avance!!

Mon C.V. d’autodidacte passionnée

Alors bien sûr je peux m’amuser à lister tous les domaines dans lesquels j’ai baigné :

La danse (diplômée d’état en danse jazz), le yoga, le taï-chi chuan, le qi-gong, le mouvement authentique, le portage en écharpe (monitrice) , la motricité libre, l’accompagnement à l’allaitement, l’animation de groupes de parents, de cercles de femmes, le massage ayurvédique, le quantum touch, les soins énergétiques au féminin (Moon mother), le reiki (maître enseignante), le décodage biologique, la psychogénéalogie, la kinésiologie, la communication non violente, la travail sur les croyances limitantes, le dialogue des voix intérieures, la loi d’attraction, la peinture intuitive, la création de bijoux…et j’en passe…

Mais je pourrais aussi continuer à accumuler sans jamais faire circuler.

Ou plutôt sans jamais recevoir l’équivalent de ce que je fais circuler, de ce que je donne.

Donner et recevoir : l’équilibre indispensable à une bonne circulation de l’énergie

Faire le bilan de la saison écoulée et constater qu’une fois de plus j’ai travaillé tout l’année à perte m’a mis une sacrée claque je vous assure… suffisamment forte pour que je me réveille, pour que j’ose enfin me positionner.

Aujourd’hui je décide de m’auto-valider et de m’auto-proclamer Accompagnante qualifiée et compétente à la reconnexion à soi par la danse, le mouvement et l’énergie. Et même par le vêtement d’ici quelques mois !!

L’été va être intensivement studieux, et à la rentrée ce sont de véritables programmes d’accompagnement à la transformation que je vais proposer, à des tarifs en adéquation avec la valeur de ce que j’apporte aux personnes qui en ont besoin. N’en déplaise à ceux que ça dérange, il y en aura toujours de toute façon.

Profitez de mon élan!

Qui me suit ? Qui grimpe la marche avec moi ? Je veux dire qui se décide à auto-valider ses multiples talents une bonne fois pour toutes et à ne plus écouter cette petite voix saboteuse? J’en connais pas mal dans mon entourage qui sont tout près de ce point de bascule, qui demande un sacré ménage de toutes les croyances limitantes et tous les schémas de fonctionnement longtemps inconscients et souvent hérités de nos parents ou ancêtres, ou encore construits pendant l’enfance. Des liens à défaire, des chaînes à enlever, une liberté à retrouver !!

Allez-y, exprimez-vous dans les commentaires, faites votre propre déclaration, votre auto-remise de diplôme, venez l’ancrer dans la matière en commençant par déposer vos mots ici !! Go !!!

impact des matières sur notre mouvement

Le vêtement énergie : la reconnexion à soi par le vêtement

By | Connexion au corps, développement personnel, Mouvement | No Comments

Ceux qui me suivent le savent : la reconnexion à soi, c’est mon dada!!

Reconnexion par la danse, par le mouvement, par l’énergie : j’ai déjà déployé pour vous un bon nombre de propositions ces dernières années.

Mais si on m’avait dit, ne serait-ce qu’un an en arrière, que j’aurais aussi dans ma « mallette » un outil de reconnexion à soi par le vêtement : j’aurais trouvé ça drôlement bizarre…et pourtant…

Et pourtant c’est réellement l’expérience que je vis ces derniers mois!!

 

Ces vêtements qui vous dérangent

Vous avez tous, comme moi, vécu au moins une fois une de ces interminables journées où vous n’aviez qu’une envie : rentrer chez vous pour pouvoir vous changer. Changer de pantalon, quitter enfin vos chaussures,vous débarrasser de cet insupportable chemisier…

Vous êtes-vous demandé pourquoi? N’avez-vous pas senti dès le matin que quelque chose clochait? vous gênait? sans prendre le temps de vous pencher davantage dessus? Je suis certaine que oui.

Mais alors par quel bout prendre cette histoire?Il y est question de vêtement bien sûr, mais aussi de corps, de ressenti, de mouvement et d’émotions.

 

Prendre le temps d’écouter le corps

Si vous aviez pris le temps ce matin là de faire une pause pour écouter votre corps, vos ressentis, vous auriez pu définir quel était le problème : un vêtement trop serré, trop lourd ou au contraire trop léger, qui fait du bruit quand vous bougez, ou encore qui vous entrave dans vos mouvements…vous auriez une vue plus claire du problème.

La solution? Vous changer deux fois de suite jusqu’à vous sentir enfin bien, enfin à l’aise? Un peu trop aléatoire et chronophage sauf si vous n’avez rien d’autre à faire!!

Et s’il existait un processus permettant de sentir que certaines matières de vêtements vous correspondent vraiment mieux que d’autres? Celles qui accompagnent votre mouvement sans l’entraver, qui ont le juste poids. Celles dont le contact avec votre peau vous donne l’impression que votre vêtement s’accorde parfaitement avec vous. Ça serait génial, non? Après les avoir identifiées vous n’achèteriez plus que des vêtements dans ces matières-là et vous vous sentiriez à coup sûr bien chaque jour.

 

Pas une technique mais un processus

Si je vous en parle c’est que ce processus existe bien sûr vous vous en doutez.

Mais il va encore plus loin qu’une simple techniques pour mieux choisir ses vêtements.

Il est un véritable chemin de connaissance de soi. Je le vois comme une porte, qui, franchie dans un sens permet de choisir les bons vêtements, et, franchie dans l’autre sens permet de découvrir ses modes de fonctionnement.

En vous connectant à votre ressenti lors de la pratique de tests corporels avec différents tissus, vous allez définir les qualités de matières qui vous correspondent. Et ces qualités vont vous parler de vous, de votre façon de vous mouvoir, mais aussi de votre fonctionnement émotionnel face aux événements de la vie. C’est pour cela que je vous parlais d’émotions un peu plus haut.

Attention : si vous vous engagez sur ce chemin vous pourriez découvrir que ce que vous prenez pour des défauts depuis si longtemps ne sont ne fait que de très belles qualités qui font votre valeur!!

 

Les  liens entre les matières et les 4 éléments

Fluide comme l’eau, légère comme l’air, posée comme la terre ou fougueuse comme le feu? Dans quel élément vous reconnaissez-vous le mieux une fois enlevés vos conditionnements éducatifs ou générés par la norme sociale??

Si j’écris au féminin c’est parce que je vous propose, à vous Mesdames, un weekend entier d’exploration de votre mouvement au fil des quatre éléments grâce à la Danse Reconnective et au mouvement authentique.

Si l’aventure vous tente, si vous voulez en savoir davantage suivez le lien :

Weekend de Danse Reconnective au féminin : « À la découverte de soi »

Dans un prochain article je vous parlerai de l’impact des couleurs de vos vêtements sur votre énergie, mais aussi de la façon dont ces couleurs parlent de vous.

À bientôt, prenez bien soin de vous!

 

sortir de sa zone de confort-Danse Mouvement Energie

Quand notre zone de confort devient inconfortable…

By | Danse, développement personnel | No Comments

Il y a quelques jours je me suis réveillée avec cette phrase qui résonnait dans ma tête : « Si tu veux rester authentique, il faut sortir de ta zone de confort ». Une phrase qui s’imposait à moi, qui sonnait comme une évidence. Un message qui venait me bousculer mais qui finalement me convenait.

La vie est mouvement

La vie est mouvement. J’ai toujours ressenti un fort besoin d’évoluer pour me sentir pleinement vivante. De m’adapter chaque jour aux nouvelles données qui se présentent à moi. De danser avec elles une chorégraphie créée au jour le jour.

Et en même temps il y a une partie en moi qui parfois voudrait bien se poser, s’installer confortablement pour se reposer. Des moments où je me sens fatiguée. Fatiguée de tous ces changements qui s’enchaînent les uns derrière les autres.

Résister au mouvement

Mais je réalise, et je l’expérimente de plus en plus souvent, que ce qui me fatigue en fait c’est justement de résister au changement. Et la seule chose qui me fait résister, ce sont mes croyances et le propre jugement que j’ai sur moi : Ce n’est pas « normal » de changer tout le temps. Je suis quelqu’un d’instable, qui change d’avis comme de chemise. Je suis superficielle, je ne vais pas au bout des choses puisque je change de route avant. Avant d’être au bout.

Mais le bout de quoi? est-ce le but ou le chemin qui importe?

Ce serait donc de simples pensées qui rendraient cette façon de cheminer fatigante? Que se passerait-il si je prenais la décision de ne pas suivre ces élans d’évolution et de changement?

Et bien je peux vous répondre car j’ai essayé.

Quand je résiste à ma petite voix intérieure qui m’envoie ENCORE dans une nouvelle direction, qui me souffle encore de la nouveauté à l’oreille, je sens des tensions dans mon corps. Mon niveau d’énergie baisse. Mon moral s’étiole. Et si j’insiste…je tombe carrément malade!!

Suivre le mouvement

Alors si je décide de suivre l’élan de mon intuition que se passe-t-il?

Le plus souvent j’ai peur. Oui d’abord j’ai carrément la trouille faut être honnête : encore un truc nouveau, encore des changements, encore de l’inconnu qui va entrer dans ma vie…!

Et en même temps je sens une excitation monter en moi. Une excitation intérieure qui fait monter mon niveau d’énergie quand je décide de quand même étudier la question. Une besoin irrépressible de bouger. Le plus souvent je marche pour canaliser ce flot d’énergie, en long en large et en travers dans la maison, ou bien maintenant le plus souvent je sors marcher dans la forêt. Et  je sens mes idées qui alors s’éclaircissent.

À partir de là soit j’écris ce qui m’apparaît, mais l’écriture est un processus un peu trop lent pour moi dans ces moments là. Alors le plus souvent je parle. Je parle à la bonne âme qui accepte de prêter l’oreille à ce flot incessant de paroles qui sort de ma bouche…juste pour me permettre de m’entendre. (Je ne vous ai pas dit que j’avais un mari en or? des amies aussi d’ailleurs!!). Ou sinon je parle seule.  Donc si vous croisez quelqu’un de bizarre en forêt qui marche d’un bon pas tout en parlant seule à voix haute ça pourrait bien être moi hihi!

Passer à l’action et créer une nouvelle zone de confort

Puis arrive le moment de passer à l’action, de concrétiser. (voir mon article : Comment prendre une décision crée un mouvement d’énergie)

Et là je sens encore plus le malaise dans mon corps si je traîne pour passer à cette étape. Je ne me sens plus moi. L’impression que je suis à côté de mes pompes. Je n’arrive plus à me concentrer sur les petites choses simples du quotidien.

Alors finalement, arrivée à ce point, l’expression « sortir de sa zone de confort » devient étrange pour moi, car je ne me sens plus du tout confortable. Oui, ma zone de confort précédente est devenue totalement inconfortable!! Et même si je continue à être morte de trouille face à cet espace inconnu qui se présente à moi une fois de plus, je choisi de plonger. De sauter. De lâcher le bord de la piscine. Le cœur battant à la fois de peur de de joie. Car je sais. Je sais tout au fond de moi que c’est la seule façon de rester authentique, de rester alignée avec qui je suis à chaque instant. De rester en phase avec mon évolution intérieure.

Mon dernier plongeon

Si je vous raconte ça aujourd’hui, c’est parce que je viens encore une fois de sauter, de plonger.

Après 30 années d’expérimentations avec la danse, le mouvement et l’énergie, 30 ans d’exploration, de gestation, de maturation, j’ose franchir un pas nouveau. J’ose donner leur pleine valeur à toutes ces années. Sortir du confort de rester dans des petits bouts de cases pré-existantes et de me contenter d’en faire une espèce de puzzle morcelé qui me ressemble par petits bouts mais qui restent séparés.

J’ose laisser agir l’alchimie et transformer ce puzzle morcelé en un nouveau tableau qui me ressemble totalement

Et j’ose donner un nom au fruit de mon chemin comme on nomme l’enfant auquel on donne naissance. Oh je n’ai rien inventé! Ce n’est pas une énième pseudo méthode que je vais protéger jalousement pour que personne n’y touche. Non, c’est juste mon approche pleinement assumée de reconnexion au corps par la danse : la Danse Reconnective.

Et ce n’est pas un projet pour la saison prochaine, c’est maintenant, tout de suite. Mon atelier hebdomadaire toulousain qui se nommait « la Danse Jazz Autrement » devient, à compter du 5 avril, atelier de Danse Reconnective.

Toute la richesse de l’énergie de la danse jazz qui m’était si précieuse ne disparaît pas rassurez-vous. Elle sera incluse, fondue dedans, un des nombreux ingrédients de ce nouveau plat plus riche, plus goûteux.

Pourquoi le 5 avril me demanderez-vous? et bien parce que c’est l’anniversaire du jour de ma naissance, et qu’il me semblait de toute évidence le jour parfait pour un tel accouchement au goût de renaissance.

Et vous? Avez vous connu cette expérience de zone de confort inconfortable? Quels sont vos plus mémorables plongeons? Quel regard portez-vous dessus aujourd’hui quand vous regardez le chemin parcouru? Racontez-moi vos anecdotes en commentaires, vous savez combien j’adore vous lire!!

nos défauts valent de l'or- Danse Mouvement Energie

Nos défauts : ces qualités qui valent de l’or!

By | développement personnel | 2 Comments

On nous a tou(te)s déjà posé ces deux questions : Quelles sont vos qualités? Et quels sont vos défauts?
On a a peu près tou(te)s appris que c’est comme ça, binaire : on a des qualités…et des défauts. Les qualités : c’est positif. Les défauts : c’est négatif! Il faut faire avec. Un peu comme une tare à se traîner à vie parce qu’on n’a pas le choix. C’est comme ça.

Mais si je vous disais que ces soi-disant “défauts” n’étaient que des qualités que nous n’avons pas encore intégrées, assumées? Des défauts que nous n’avons pas regardés sous la bonne lumière?
Et qu’en fait, qualités et défauts ne font qu’un?
D’ailleurs le mot “qualités” est plutôt neutre à la base. Il nomme les aspects spécifiques d’un objet donné. Sans coller dessus une étiquette positive ou négative.

 

À la base : une histoire de vêtements…

 

Oui, oui, véridique : Ces prises de conscience me sont venues grâce à une formation sur le vêtement. Une formation où l’on appréhende le vêtement en tant que prolongement énergétique du corps. (Voir mon précédent article “Comment mes vêtements sont en train de transformer ma vie” ).

Instable? superficielle?

Je luttais jusqu’à peu contre ce que j’appelais en moi : superficialité, éparpillement, instabilité… Je craignais ces aspects-là de moi et je les repoussais, culpabilisant à chaque fois que quelqu’un me renvoyait, par effet miroir, le reflet d’un de ces “défauts”.

Après avoir réalisé, dans le cadre de cette formation, des tests très concrets permettant de définir la qualité dominante de mon mouvement (qualités reliées à l’énergie des 4 éléments : air, eau, terre, feu), j’ai pu sentir physiquement le bonheur de plonger totalement dans mon élément dominant : l’air. J’ai pu sentir la liberté, la créativité, la vitesse, la finesse, la joie que ça m’apportait. Et tout d’un coup je me suis sentie ancrée, stable et légitime dans cet aspect-là de moi.

J’ai réalisé qu’en regardant ces défauts sous un autre angle je pouvais en découvrir les avantages :

Superficielle? Je m’arrête juste d’explorer quand j’ai trouvé les éléments dont j’avais besoin au moment et je passe à autre chose. Pas de gaspillage d’énergie ni de perte de temps.

Instable? Une belle capacité à changer à tout moment de point de vue pour avoir une vision plus large et plus juste des choses, et surtout une vision “mise à jour” au fur et à mesure de mon évolution.

Éparpillée? C’est l’impression que peut donner ma capacité à passer très vite d’une chose à l’autre, ou celle de penser ou réfléchir à plusieurs idées en même temps.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

 

Fragile? Petite nature??

 

Suivant le cours du processus déclenché par cette formation, j’ai continué mes expérimentations vestimentaires et corporelles. Et cette fois, c’est au travers des couleurs que j’ai fait une autre découverte. Grâce aux couleurs de mes vêtements j’ai pris conscience de la puissance de ma douceur, là où je me considérai comme quelqu’un de fragile, à l’énergie limitée.

Se cacher derrière les couleurs

C’est cette fois suite à une série de tests sur les couleurs de vêtements que j’ai pu me rendre compte que j’utilisais des couleurs très vives pour cacher cette soi-disant fragilité, cette faiblesse. Comme si l’énergie dynamisante allait compenser ce soi-disant défaut.

Mais en contrepartie ces couleurs trop vives pour moi durcissaient mes traits et masquaient ma douceur.

 

anne rose en fushia vif-se cacher derrière les couleursla puissance de la douceur à travers les couleursLors de cette expérience j’ai senti la puissance de cette douceur, la lumière jaillir, la force qu’elle pouvait m’apporter.

 

La douceur : faiblesse ou force?

J’ai compris que, là aussi, je luttais contre une qualité que je voyais comme un défaut : j’associais la douceur à de la faiblesse, de la fragilité, un manque de personnalité, de maturité…ces croyances limitantes  me faisaient rejeter une partie de moi. Alors que cette douceur me permet d’être dans l’écoute et de respecter, l’autre et moi-même.

 

Retrouver notre unité par l’acceptation de nos défauts

 

Je me souviens qu’un thérapeute, un jour, m’a dit : « On se construit à cause ET grâce”. Cette phrase prend tout son sens pour moi aujourd’hui!

J’ai compris que ce que j’appelais défauts n’étaient que la résultante du rejet de certains aspects de moi, de cette peur de ma nature aérienne, de cette non-acceptation de ma douceur. Et qu’avec l’acceptation, défauts et qualités ne faisaient plus qu’un, comme une pièce avec ses deux faces.

Pour rire : Essayez de payer votre prochain achat avec une seule face des pièces qui sont dans votre porte-monnaie…impossible n’est-ce pas? Vos pièces n’ont de valeur qu’avec leurs deux faces réunies.

Tous nos aspects ont de la valeur, et notre richesse est dans l’acceptation de l’ensemble, dans la réunification.

 

Et vous?

Après m’avoir lu, quel regard portez-vous sur vos soi-disant défauts? Racontez-moi en commentaire les belles qualités que vous vous découvrez en portant un regard nouveau sur vos aspects dits “négatifs” et célébrons-les!

Le vêtement comme prolongement de l'énergie du corps- Anne Rose Lovink

Comment mes vêtements sont en train de transformer ma vie!!

By | Connexion au corps, développement personnel | 5 Comments

Si je vous disais que mes vêtements sont en train de chambouler ma vie? Vous vous demandez sans doute : mais qu’est-ce qu’elle raconte??

Oui je sais on dit que le véritable changement vient de l’intérieur, mais n’y-a-t-il pas des clés qui aident à y accéder à cet intérieur?    

 Et bien figurez-vous que vos vêtements sont une clé très intéressante et particulièrement efficace!

 

Les vêtements comme outils de changement

Pour commencer il faut partir du postulat que tout est énergie. Si vous suivez et appréciez mes articles et mes vidéos vous me suivrez sans doute sans difficulté sur ce terrain. 

Alors maintenant prenez quelques instants pour regarder vos vêtements comme un prolongement énergétique de votre être, de votre propre énergie.

Quand vous rencontrez d’autres personnes, quand vous entrez en contact avec la société, avec le monde, quand vous communiquez avec ‘extérieur, n’avez-vous pas déjà fait l’expérience de vous sentir incompris, de vous sentir vu ou perçu différemment de la façon dont vous vous sentez être profondément, voir même parfois invisible??

Vos vêtements pourraient-ils avoir un rôle dans cette confusion? Et s’ils exprimaient un message différent de celui que vous essayez de partager? Et si, même, ils envoyaient des informations mélangées, confuses, sans queue  ni tête? Pensez-vous que cela puisse vous aider? vous soutenir?

Non bien sûr.

Vos vêtements vont agir comme un obstacle, un peu comme un brouillage de votre message initial. Comme des parasites sur une fréquence radio.

Alors comment faire pour accorder nos vêtements avec notre énergie afin qu’ils portent notre message au lieu de le brouiller? Des vêtements qui soutiendraient et amplifieraient nos intentions ? Des vêtements qui nous aideraient à communiquer de façon claire et fluide ce que nous souhaitons apporter au monde?

 

Une formation totalement innovante et d’avenir

C’est ce que j’ai commencé à apprendre auprès de Youmna Tarazi en suivant sa formation en ligne « Votre garde-robe de la peau à l’âme », puis en courant (heu..enfin non…en volant en fait) jusqu’à Paris pour vivre un weekend de stage en immersion auprès d’elle et d’autres personnes tout aussi enthousiastes que moi. Et quel weekend!! En 48h je suis passée par tous les états : de l’enthousiasme le plus vibrant à la panique totale, j’ai vu tous mes repères voler en éclats, je me suis sentie totalement perdue, puis j’ai vu mes repères se reconstruire petit à petit, se replacer tranquillement comme les flocons de neige dans la boule en verre après qu’on l’ait secouée.

Juste pour vous donner un aperçu, j’y ai appris entre autre comment découvrir quel est le rayonnement de ma peau pour porter les « bonnes » couleurs, celles qui révèlent ma lumière. J’y ai appris quelle est la spécificité dominante de ma façon de bouger pour y associer les « bonnes » matières, celles qui accompagnent mon mouvement en faisant « un » avec mon corps. Et enfin j’y ai appris quelle est ma structure dominante, au niveau de mon squelette, pour que les coupes de mes vêtements prolongent mes lignes d’énergie au lieu de les détourner, de les contraindre.

Alors vous vous doutez bien qu’il ne s’agit pas que d’une question de confort.

 

Des effets concrets et palpables sur ma vie

Le premier effet notable pour moi c’est le regain d’énergie que ça m’a apporté : rentrer en pleine forme après un weekend de stage intensif et très peu d’heures de sommeil et sentir l’énergie perdurer dans les jours qui suivent. J’étais impressionnée, moi qui, habituellement, ai besoin de beaucoup de repos et de faire très attention à mon hygiène de vie. C’était totalement nouveau et inattendu!

Un autre effet très percutant a été celui de « sentir » ma structure osseuse triangulaire : c’était comme des retrouvailles en fait. Sentir au plus profond de mon corps les lignes qui me dessinent, et comprendre avec le recul pourquoi j’ai adoré porter certaines coupes de vêtements dans ma vie.

Au début de la formation je me suis demandée comment j’allais pouvoir abandonner mes précieux jeans si souvent portés…et depuis que je mets sur mon corps des couleurs pleines, unies, accordées à mon énergie, je regarde mes vieux jeans et je les trouve éteints et fanés avec leur couleur délavée…plus aucune attirance (d’autant plus que la matière ne me convient pas en fait).

Le noir je ne vous en parle même pas. Comment n’ai-je pas vu avant à quel point il éteint ma lumière et me durcit les traits? Ça me saute pourtant aux yeux aujourd’hui.

J’ai très souvent ressenti la nécessité de travailler mon ancrage et lutté contre des aspects de moi comme l’instabilité, la superficialité, mon côté parfois confus, brouillon,  ou un peu trop dans les nuages…Et j’étais, je l’avoue, très stimulée et contrariée quand l’extérieur me renvoyait l’une de ces qualités en miroir… Aussi quand j’ai découvert que mon élément dominant était l’air, et que j’ai accepté d’assumer totalement cette spécificité, à ma grande surprise l’ancrage est arrivé de lui même. Je ne me suis jamais sentie aussi connectée à la Terre qu’en acceptant d’incarner totalement la qualité aérienne de mon mouvement. Grosse surprise pour moi. Vraiment. Trouver de l’ancrage dans l’air…incroyable. Mais c’est pourtant ce que j’expérimente dans mon corps. Plus de stabilité, de clarté.

 

Un chemin d’avenir, une expérience de transformation dans le temps

Je pourrais vous parler encore longtemps de ce que cette nouvelle approche du vêtement m’apporte, et j’en découvre encore davantage chaque jour qui passe et que j’ose m’y engager encore davantage.

Mais je vous propose plutôt d’aller explorer par vous même en visionnant cette vidéo TedX de Youmna Tarazi ou bien en visitant son site sur lequel elle propose une mini formation gratuite pour démarrer ce chemin.

 

En ce qui me concerne je vous laisse observer au fil des semaines et mois à venir les changements que vous percevrez dans mes publications, ma communication, mais aussi dans le contenu de mes stages, qui vont forcément être très influencés par mes expérimentation actuelles!! (et notamment, pour sûr, le Week-end d’été au féminin à Saint Antonin fin juin/début juillet!!).

A bientôt et prenez bien soin de vous!

 

PS : Et parce que j’adore les partages, racontez-moi en commentaire quelles sont vos expériences marquantes avec vos vêtements. Parlez-moi de celui que vous avez porté jusqu’à l’usure (et que peut-être vous gardez encore au fond de votre armoire…): quelle est sa couleur? sa matière? sa coupe? comment vous sentez-vous quand vous le portez?

J’ai hâte de vous lire!

 

prendre soin de soi en hiver-Danse Mouvement Energie

Mes 10 trucs pour prendre soin de soi à l’approche de l’hiver

By | Connexion au corps | No Comments

Nous entrons dans l’hiver. La nature nous invite à ralentir, à prendre du repos (nuits plus longues, moins de lumière du jour), à entrer en nous pour faire le bilan de l’année qui se termine, laisser partir l’ancien (les arbres dénudés en sont l’exemple parfait) pour faire de la place pour le nouveau à venir….Mais paradoxalement commence aussi la frénésie des préparatifs des fêtes de fin d’années…acheter, réserver, organiser…Bien qu’une partie de nous (Notre enfant intérieur, très joyeux, est tout excité à l’idée de célébrer!) s’en réjouisse, nous sommes pour la plupart plutôt fatigués et stressés par cette accélération sociale imposée.

Alors comment résoudre ce dilemme entre nos besoins physiques et ces contraintes extérieures?

Pour cela je vous propose de réfléchir à cette question : Quelles sont vos envies réelles lorsque vous prenez le temps d’observer la nature et d’écouter votre corps? De mettre ces deux éléments en connexion? Voici quelques pistes pour prendre soin de vous et vivre cette période au mieux.

 

Dormir davantage

A l’image de la nature, je suis sûre que vous observez chez vous aussi un besoin accru de repos et de ralentissement n’est-ce pas? Comment satisfaire ce besoin concrètement?

Le matin

Le matin avancez l’heure de votre réveil pour vous donner plus de temps pour “émerger”, pour réveiller votre corps en douceur, sans le brusquer.

Mon truc n°1 :  J’utilise un réveil simulateur d’aube dont la lumière se déclenche en premier en augmentant progressivement pendant 15 minutes, puis des chants d’oiseaux viennent s’y ajouter pendant 15 minutes de plus, avant qu’une alarme plus conventionnelle m’indique que là, vraiment, je dois me lever!

Le soir

Le soir essayez de faire une micro-sieste de 20/30 minutes en début de soirée. Lové dans le canapé avec un plaid, sur un fauteuil avec votre animal de compagnie blotti contre vous…ça vous apportera un regain d’énergie pour finir ensuite de vous occuper de ce qu’il vous reste à faire dans la soirée.

Mon truc n°2 : Je m’allonge avec ma fille lorsque je la mets au lit (ce que je fais d’ailleurs ½ heure plus tôt depuis le passage à l’heure d’hiver!). Et je somnole environ une demie-heure. (Cette trouvaille fonctionne vraiment très bien pour moi et me permet en même temps de prendre soin des besoins de contact de ma fille)

 

Alléger mon emploi du temps

En hiver les journées sont souvent longues et chargées…c’est difficile…Comment rendre votre emploi du temps plus léger?

Revoir mes priorités

Prenez le temps de revoir vos priorités en reportant ou annulant certains rendez-vous. Essayez de regrouper vos déplacements pour avoir (selon vos possibilités bien-sûr) des “jours de repos”? (sous-entendu : sans déplacement à l’extérieur). Si vous maintenez un emploi du temps trop chargé votre corps pourrait vous faire un rappel à l’ordre plus radical. Mieux vaut prévenir que guérir 😉

Mon truc n°3 :Je profite des progrès techniques de notre époque pour assurer les rendez-vous appropriés par système audio-vidéo de type SKYPE. Le gain d’énergie est immense car dans certains cas actuellement ça m’évite 3h de route aller retour!

 

Me chouchouter physiquement

Des vêtements qui me font du bien

Favorisez, pour vous habiller, des matières douces et chaudes, confortables. La laine est une matière formidable pour ça : douce, isolante, respirante… Et si vous êtes en désaccord (comme moi!) avec l’éthique des techniques de production de cette matière, favorisez les pièces d’occasions (friperies, vide-greniers…) Vous pourrez y chiner étoles et écharpes de toutes les couleurs, douces, chaudes et bien enveloppantes pour vous lover dedans!

Mon truc n°4 : Les vides-placards avec les copines!! On trie nos armoires, on se donne rendez-vous, on apporte tout ce qu’on ne met plus et on repart avec des vêtements qui nous donnent envie, là, maintenant, sans avoir à faire les boutiques (gain d’argent, de temps et d’énergie, mais aussi et surtout beaucoup plus de convivialité!)

 

Une alimentation appropriée

Avec le froid nous avons clairement une attirance plus forte pour les plats chauds et longuement mijotés. Cependant vous aimeriez continuer à consommer à côté des fruits et légumes crus pour faire le plein de vitamines. (Miam les clémentines en ce moment!)

Mon truc n°5 : Je mélange mes crudités à mes plats chauds! De la salade finement ciselée dans ma soupe, des carottes râpées dans mon plat de lentilles…Et dans mes tisanes… j’ajoute quelques fines tranches de gingembre frais!

 

Nourrir mon besoin de contact

Le toucher est un besoin vital pour les humains. Toucher ou être touchés avec douceur et bienveillance nous fait produire de l’ocytocine, appelée aussi “hormone de l’Amour”. Ce serait dommage de s’en passer. Massage ou auto-massage, câlins à vos proches, soins du corps, caresses à vos animaux de compagnie…Offrez-vous tout ce que vous pouvez!!

Mon truc n°6 : J’use et abuse des auto-massages!! Je commence généralement par masser ma nuque, puis j’enchaîne avec les trapèzes (le muscle qui va de la nuque à l’épaule), et ainsi de suite selon où je sens des tensions. (voir aussi mon article sur le soin des pieds au coucher, ou encore celui sur mon rituel de réveil que je rends un peu plus vigoureux et réchauffant  en cette période de l’année)

Mon truc n°7 : Je passe aussi de longs moments à caresser mes chats (qui eux aussi se sont repliés au chaud à l’intérieur et viennent se coller sur moi à la moindre occasion). Je le fais en posant mon attention sur les sensations de ma main, pour bien profiter en conscience du bien-être que ça me procure.

Mon truc n°8 : Je demande un petit massage des épaules ou des pieds à mon entourage, ou encore mieux, se masser mutuellement : ça marche bien avec les pieds, assis sur le lit ou le canapé face à face, chacun un pied dans les mains de l’autre tout en papotant. Mes enfants adorent!

Mon truc n°9  (oui vous l’avez remarqué j’ai développé beaucoup de stratégies pour m’occuper de ce besoin là, très important pour moi!) : Remplacer la sempiternelle “bise” par un énooorme “hug” (câlin/prendre dans les bras)  avec les personnes avec qui j’ai un lien assez proche. Les pieds bien plantés dans le sol, les genoux souples, les yeux fermés : je savoure ce moment précieux de connexion en conscience. Essayez c’est délicieux!!

 

M’offrir des temps d’introspection

L’énergie de l’hiver est une énergie de retour à soir, de mouvement vers l’intérieur. Il est important de prendre des temps rien que pour vous, pour sentir et accueillir tout ce qui se passe en vous. Une introspection pour faire le bilan, et faire le tri : laisser partir l’ancien pour faire place au nouveau à venir en début d’année suivante.

Peut-être sentez-vous en vous, en ce moment, des choses qui se dissolvent, se transforment, des structures qui se dé-structurent? Dans votre organisation? ou intérieurement dans vos schémas de fonctionnement? Peut-être, aussi, des choses qui maturent, qui semblent en gestation, tout comme les graines qui se préparent sous terre…

Mon truc n°10 : Trouver chaque jour un moment qui me convient, pour juste ne rien faire. Me poser, en silence, et écouter, observer, sentir, accueillir. Je n’attends pas que ce moment se présente : je le crée,  comme un rendez-vous important avec moi-même. Si besoin je le note même parfois dans mon agenda, au même titre qu’un rendez-vous professionnel immanquable ( ça c’est quand je sens que la journée est chargée et que je risque de m’oublier…). Ce peut être aussi plusieurs petits moments dans la journée. J’adapte ce rituel au déroulement de mes journées.

 

Et si même avec toutes ces astuces c’est encore difficile, alors souvenez-vous d’être doux et indulgent envers vous-même. Rappelez-vous que vous faites de votre mieux.

Prenez bien soin de vous.

PS : Et vos trouvailles à vous pour prendre soin de soi? Vous utilisez des trucs qui ne sont pas dans l’article? Racontez-moi dans les commentaires, je me réjouis d’avance de faire de nouvelles découvertes 😉

décision et mouvement d'énergie-Danse Mouvement Energie

Comment une décision crée un mouvement d’énergie

By | développement personnel, Energie | 7 Comments

 Avez-vous déjà observé comment, lorsque vous prenez une décision, avant même que vous posiez la première action concrète en lien avec cette décision, les choses commencent à bouger dans votre vie?

 

Que se passe-t-il quand je prends une décision?

Je vais vous parler ici de ce qui se passe sur le plan vibratoire, sur le plan de l’énergie.

Quand je prends une décision, je me positionne intérieurement, je fais un choix. Je décide d’une nouvelle fréquence d’énergie sur laquelle je vais émettre. Comme un poste de radio dont je tourne le bouton pour choisir une station précise.

Ce qui veut dire qu’à chaque décision que je prends je modifie les vibrations que j’émets vers l’extérieur. Et comme un poste de radio pour reprendre l’image précédente, je vais capter les émissions de la station de radio sur laquelle je me suis réglé et pas une autre. Selon les principes de la loi d’attraction je vais attirer des événements et des situations en accord avec ces vibrations.

Et donc dès que cette décision est prise, intérieurement ou verbalisée, je vais observer des  changements, des choses bouger autour de moi, des gens venir à moi ou s’éloigner de moi. Je vais voir des informations arriver par différents supports : lectures vidéos, pensées,  conversations, un mot sur un panneau publicitaire…

 

Quand je suis aligné(e) intérieurement avec cette décision

Quand cette décision est bonne pour moi, que je me sens alignée intérieurement avec elle, en accord, les mouvements autour de moi vont être soutenant : solutions aidantes pour mettre les choses en œuvre concrètement, confirmations, rencontres inspirantes

Sur le plan énergétique je vais ressentir un afflux d’énergie, me sentir pousser des ailes.

Sur le plan émotionnel je vais éprouver de l’enthousiasme, de la joie, de l’excitation.

 

Quand je ne suis pas en accord intérieur avec cette décision

Si je prends une décision avec laquelle je ne me sens pas aligné(e) intérieurement, les mouvements qui vont s’enclencher autour de moi seront plutôt de l’ordre de la résistance, des empêchements, des obstacles.

Sur le plan vibratoire mon énergie va diminuer, je peux me sentir fatigué(e), voir malade si cette décision est  vraiment en conflit avec mon être intérieur.

En terme d’émotions je risque de recevoir des informations qui vont me troubler, semer le doute en moi, de la confusion.

 

Mais dans tous les cas, c’est cette prise de décision qui a enclenché le mouvement. L’énergie suit la pensée, et prendre une décision, faire un choix, c’est ancrer une pensée plus fortement dans notre vie.

 

Tant que j’attends des garanties, une assurance que c’est la bonne décision, une confirmation avant de décider, il ne se passe rien. L’extérieur ne va pouvoir me renvoyer que le reflet de mon indécision. Il faut lâcher le bord de la piscine pour sentir si je flotte, pour voir ce qu’il se passe quand je nage, pour savoir si je vais pouvoir nager jusqu’à l’autre bout.

De la même façon il faut prendre une décision pour expérimenter ce qui se passe, et alors vous pouvez sentir l’énergie bouger en vous, vos sensations corporelles, vos émotions, et observer ce que l’extérieur vous renvoie. Et puis si l’expérience ne vous convient pas, vous pouvez alors faire un nouveau choix, prendre une nouvelle décision.

 

La vie est une suite de choix, de décisions à prendre.

 

Alors, quelle décision allez-vous prendre aujourd’hui? Quels mouvements d’énergie allez vous enclencher dans votre vie? Quelles expériences allez-vous provoquer?

Racontez-moi vos anecdotes à ce sujet dans les commentaires en dessous, j’ai hâte de vous lire!

décision et mouvement d'énergie-Danse Mouvement Energie

posture et jeu de cubes-Danse Mouvement Energie

Clé n°5 : Posture et jeu de cubes

By | Connexion au corps | No Comments

Peut-être même que vous avez aujourd’hui en vous une voix intérieure qui vous dit toujours « Tiens-toi droit c’est mieux pour ton dos », « Redresse-toi tu respireras mieux », ou bien vous avez simplement l’envie de vous sentir aligné dans votre posture, mais sans tensions : vous voudriez vous tenir droit, facilement, et vous sentir bien.

 

Comme un jeu de cubes

 

Alors voilà ce que je vous propose :

Vous allez imaginer que votre corps est un jeu de cubes, de quatre cubes : un pour les pieds, un pour le bassin, un pour le buste et un pour la tête.

 

1- Installer la base

Mettez-vous debout et commencez par imaginer que vos pieds sont un premier cube, un socle, une base que vous allez juste poser au sol.

Vous allez fermer les yeux et sentir les appuis de vos pieds dans le sol, vous balancer légèrement de droite à gauche et d’avant en arrière pour sentir votre poids du corps se déplacer, de l’avant du pied aux talons, du pied droit au pied gauche. Puis vous vous stabilisez au centre, en sentant bien l’équilibre de vos appuis, aussi bien entre l’avant et l’arrière qu’entre la droite et la gauche.

2- Mettre en place le bassin

Une fois votre premier cube mis en place, vous allez imaginer que vous déposez par dessus une deuxième cube : votre bassin. Vous pouvez faire « glisser le cube » (c’est à dire bouger votre bassin)d’avant en arrière et de droite à gauche en observant comment votre corps bouge pour compenser et rester en équilibre. Puis vous le stabilisez quand vous avez la sensation qu’il est parfaitement centré et bien placé au dessus du premier cube.

3- Déposer le buste sur le bassin

Continuer le jeu en déposant votre troisième cube, qui représente votre buste, sur celui du bassin. De la même façon vous allez jouer un peu avec ce cube, essayer de le déplacer, sentir, observer, et terminer quand vous sentez qu’il est bien aligné avec les précédents.

Notez qu’il s’agit bien de « déposer » ce cube, ce qui implique que le cube n’a pas d’effort à faire pour se maintenir en place, il utilise le cube précédent comme appui. Fermez les yeux et sentez ce repos du buste sur le bassin…les épaules relâchées…le ventre détendu…les 3 cubes alignés sans effort.

4- Ajouter la tête sur le buste

C’est à présent le dernier cube, qui représente la tête, que vous allez pouvoir ajouter sur les trois précédents : prenez le temps de le mettre en place et de sentir l’alignement, la base du cube bien à l’horizontal pour pouvoir se poser sur le précédent.

 

Sentir l’alignement

Une fois vos quatre cubes alignés, fermez les yeux et prenez le temps de sentir votre posture, de sentir l’alignement de votre corps, votre verticalité. Puis savourez la façon dont vous avez réussi à vous redresser sans effort, sans tirer ni pousser, sans tension, juste en jouant avec des cubes…

 

Allez on y va?

 

Alors, vous avez tout lu, vous avez testé en même temps, vous avez compris le principe?

Maintenant reprenez l’expérience, mais cette fois en gardant les yeux fermés tout du long pour mieux l’intégrer.

 

==Voici l’exercice en vidéo pour vous aider : Vidéo « Comme un jeu de cubes »==

 

Si vous avez un miroir à votre disposition vous pouvez aussi vous regarder avant puis à la fin de l’exercice, et comparer ce que vous voyez avec ce que vous ressentez.

En le faisant régulièrement vous donnerez à votre corps de nouveaux repères sensitifs pour intégrer cet alignement corporel et y accéder de plus en plus rapidement, et même de façon automatique au bout d’un certain temps!

 

Hé…pssssitt…un petit commentaire en dessous pour me raconter? vous savez que j’adore ça 😉 Merci!!

Posture et jeu de cubes-Danse Mouvement Energie

 

respirer profondément-Danse Mouvement Energie-Anne Rose Lovink

Clé n°4 : Comment respirer plus profondément

By | Connexion au corps | No Comments

Bonjour, bonjour!

On nous rabâche les oreilles de l’importance de respirer, de faire régulièrement une pause dans nos activités pour respirer, de prendre quelques profondes respirations.

 

Alors aujourd’hui je vous propose de découvrir et d’expérimenter une nouvelle façon de respirer pour pouvoir, justement, amplifier votre respiration mais sans forcer, sans tensions.

 

Le poids des habitudes

 

Respiration automatique

Le premier réflexe quand on nous demande de prendre une profonde respiration, c’est de commencer en inspirant. Et pour accentuer cette respiration on gonfle et on monte la cage thoracique, on monte les épaules, et à l’expiration on relâche tout et tout le corps s’affaisse.

Mais a-t-on vraiment respiré plus profondément que d’habitude??

Respirer par le ventre

Ensuite on nous dit : « Non, non, il faut respirer par me ventre, c’est mieux! »

Alors en suivant sagement les indications données on inspire en gonflant le ventre, et pour accentuer la respiration on pousse pour gonfler encore davantage ce ventre qui résiste, poussant par la même occasion toutes nos viscères vers le bas, et affaissant généralement les épaules en même temps… bof bof….

Mais alors comment faire pour respirer profondément sans pousser, sans forcer?

 

Une respiration ample en douceur

Voici donc le chemin que je vous propose.

 

Toujours commencer par expirer

Tout d’abord on va commencer par expirer, avec 2 règles importantes :

  • on commence toujours  l’expiration en contractant les muscles du périnée (les muscles sous le bassin, ceux que l’on contracte par exemple pour se retenir d’aller aux toilettes)
  • on garde le dos droit, bien aligné, la tête le plus loin possible du bassin. Bref on se grandit.

On expire ainsi le plus profondément possible  en gardant le dos allongé. On sent alors les abdominaux se contracter, formant une sorte de gaine tonique autour de la taille.

 

Une expiration détendue

Et quand on a vidé les maximum d’air de ses poumons, on a juste à se détendre et laisser l’air rentrer à nouveau. On observe alors que la quantité d’air absorbée est plus importante, et surtout que le ventre se gonfle sans effort,  dans la détente (et non plus en forçant).

 

Répétez cette respiration au moins 3 fois et vous aurez ainsi absorbé davantage d’air, oxygéné plus efficacement votre corps tout en le respectant.

 

Si ces explications écrites ne sont pas assez claires, je vous invite à les retrouver dans cette vidéo :

vidéo « On respire » 2/2

 

Essayez, testez, sentez, et venez me raconter! A très bientôt pour une nouvelle clé!!

respirer profondément-Danse Mouvement Energie-Anne Rose Lovink

bien respirer- Danse Mouvement Energie-Anne Rose Lovink

Clé n°3 : Bien respirer

By | Connexion au corps | No Comments

Hello!

Aujourd’hui je vous propose un nouveau regard sur la respiration : comment  bien respirer en cohérence avec notre corps.

 

Changer notre image mentale pour mieux respirer

Quand on associe un geste ou un mouvement du corps avec la respiration, on a généralement envie de faire un geste ou mouvement qui monte sur l’inspiration : on soulève la cage thoracique, on monte les épaules… et un geste ou mouvement qui descend sur l’expiration : on baisse les épaules, on fléchit le buste, on s’affaisse…

Aujourd’hui je vous propose d’inverser cette image mentale pour connecter votre respiration au mouvement de votre diaphragme.

 

Le diaphragme

respirer-anatomie diaphragme-Danse Mouvement Energie-Anne Rose LovinkQu’est-ce que le diaphragme?

Le diaphragme est un muscle plat, large, en forme coupole, qui se situe horizontalement dans le buste et qui sépare la cage thoracique de l’abdomen, les poumons des viscères abdominales.

Comment fonctionne le diaphragme?

La diaphragme descend et s’aplatit en s’élargissant lors de l’inspiration, quand les poumons se gonflent d’air, et il remonte en se creusant lors de l’expiration, quand les poumons en se vidant libèrent de la place dans la cage thoracique.

 

Nouvelle image mentale

On note donc une descente à l’inspiration et une remontée à l’expiration, contrairement au geste spontané que nous associons généralement à la respiration.

 

Intégrer cette nouvelle image par le mouvement

Je vous invite donc maintenant à faire l’expérience suivante :

 

Un geste connecté

Tout en respirant consciemment, vous aller faire un geste de la main devant vous en descendant la main à l’inspiration et en la remontant à l’expiration. Plusieurs fois en ayant bien conscience que vous vous vous mettez en harmonie avec le mouvement de votre diaphragme.

 

Observez les changements

De nouvelles sensations

Tout en continuant à respirer en coordination avec ce geste de la main, observer quelles sensations physiques ça génère dans votre corps : est-ce que c’est plus fluide? plus facile? plus ample? plus agréable?

Une posture qui change

Et concernant votre posture, observez-vous des changements? y-a-t-il toujours cet affaissement lors de l’expiration? est-ce que vos épaules montent toujours? sont-elles plus détendues?

 

Si ces explications écrites ne sont pas assez claires je vous invite à visionner la vidéo en lien ci-dessous :

vidéo « On respire » 1/2

 

Voilà, je vous invite à expérimenter cette nouvelle clé de reconnexion à votre corps et à me raconter en commentaire le résultat de vos expériences. A très bientôt pour une prochaine clé!

bien respirer- Danse Mouvement Energie-Anne Rose Lovink